Inauguration de la Maison de Santé pour le public

Aujourd'hui à 14 h, la Maison de Santé a ouvert en avant-première ses portes au public.
L'ouverture définitive sera le 5 janvier prochain.

 Le public s'est donc déplacé en nombre  pour visiter la Maison de Santé. L'accueil était notamment fait par Marie-Josée Émery, chargée de mission de la Communauté de Communes de la Vallée d'Aspe, qui a eu la responsabilité du dossier depuis le début. Quelques professionnels (dentistes, infirmières...) étaient également présents, pour faire découvrir avec une certaine fierté ce qui sera leur nouveau lieu de travail. 


Ces locaux, lumineux et sobres, sont bien adaptés à leur usage. Les cabinets dentaires sont dotés d'un accueil avec leurs propres secrétariat et salle d'attente. Les autres praticiens (médecins, infirmières, kinésithérapeutes et autres spécialistes) ont en commun un autre accueil/secrétariat et une autre salle d'attente.


L'époque des projets et de la construction de cet ensemble destiné à la Santé dans la Vallée est achevée, maintenant ce lieu fait ces premiers pas avec le public, espérant lui rendre toute satisfaction.

 

Si quelques-uns vont pouvoir prendre des vacances méritées, il n'en sera pas de même  pour ceux qui doivent maintenant aménager leurs cabinets en cette fin d'année.


Écrire commentaire

Commentaires: 17
  • #1

    rateau (samedi, 20 décembre 2014 08:37)

    La réactivité des élus sur cette mesure nationale pour répondre à la pénurie de médecin est à féliciter. Cependant devant les infos je me demande si ces maisons de santé vont suffire à encourager les futurs médecins généralistes, il semble que la profession souffre d'autres maux. Un pansement sur une jambe de bois ? A suivre.... On peut se demander quel est le rôle de l'Etat, des régions, des départements et des communes? Que va t'on faire pour séduire les boulangers et les plombiers ? Les indépendants souffrent du mal des charges, les investissements de l'Etat réalisés pour certains vont ils alléger ou aggraver le problème des autres ?

  • #2

    patient sceptique (samedi, 20 décembre 2014 11:33)

    Bel outil que cette maison de la santé quoique trop haut de gamme.J'ose espérer que les prestations de monsieur le président de la SISA seront à la hauteur de l'investissement public.

  • #3

    pourquoi pas (samedi, 20 décembre 2014 11:48)

    Oui bel outil et belle réactivité des élus à l'initiative du projet. Un peu cher à mon goût aussi, je pense que pour satisfaire le plus grand nombre en France, les architectes vont pouvoir revoir les projets à la baisse. Il parait qu'il y a des communes qui ont intégré la pharmacie à l'intérieur, dommage pour les Bedousiens voilà une opportunité qu'il aurait été bon de saisir ! 300 000€ d'économie, vu que le Maire n'a pas eu la manne qu'il espérait et qu'il se maintient sur d'autres projets superflus....

  • #4

    MDR (dimanche, 21 décembre 2014 11:57)

    Les commentaires sont plus intéressants ici, j 'arrive de la presse locale ou les invités VIP de l'inauguration se disputent la légitimité de leur invitation autour du buffet ! je suis soulagé de voir qu'en vallée la population a davantage de jugeote que ces représentants ! C'est vrai que la pharmacie dans la maison de santé aurait soulagé les comptes des Bedousiens ! Dommage....

  • #5

    NDI (lundi, 22 décembre 2014 11:23)

    #pourquoi pas « les architectes vont pouvoir revoir les projets à la baisse »
    Le programme et le budget d’un projet sont normalement préparés en amont par des élus aidés de techniciens (spécialistes des marchés publics), Une consultation de maitrise d’œuvre est ensuite organisée, l’architecte retenu, propose 1 ou plusieurs avant-projets, comprenant l’estimatif des travaux. Ce travail est validé par les maîtres d’ouvrage publics ou privés. Sans validation l’archi ne poursuit pas. C’est aux élus de revoir les projets à la baisse en faisant déjà une saine concurrence…. ce qui veut dire que ce sont les élus dans le cas de la maison médicale qui ont validé l’estimatif.
    Mais dans notre région les communes adhérent à un « service interne » qui les aident au niveau technique, juridique, administratif, elles ne sont plus soumises aux règles de la commande publique, donc ne font plus de consultation. Après analyse sur divers projets le service interne est au niveau honoraires de 3 à 4 % supérieur à ce qui se pratique actuellement, sans compter les diverses charges (loyer, véhicules, matériel informatique, logiciels, etc….) qui sont également supportées par la collectivité.
    A Barcus une maison de santé a été construite pour un budget de 292 000€HT, et abrite 1 pharmacie, 2 médecins, 1 Kiné, 1 infirmerie, 1 salle de réunion et 1 salle de repos. (archi libéral et commune non adhérente au service interne)
    Plus d’architectes bientôt dans le tissu social de nos campagnes, mais attention plus de secrétaires de mairie non plus, et plus de techniciens dans les communautés des communes, puisque le service interne fait tout…Mais il est à PAU, alors ?

  • #6

    Intrigué (lundi, 22 décembre 2014 16:25)

    Comment peut il y avoir autant de différence entre deux projets aux ambitions identiques ? Pourquoi dites vous que les communes ne sont plus soumises aux règles de la commande publique et des consultations ?
    Il y a bien des consultations pour les marchés publics? Il y a un article sur SO aujourd'hui qui traite justement de la corruption dans les marchés publics dans les commissions d'appel d'offres.

  • #7

    Constat (mardi, 23 décembre 2014 08:26)

    Il y a bien des consultations pour les marchés publics, c'est obligatoire surtout pour les projets onéreux. Ce qui n'est plus obligatoire c'est de passer devant le conseil municipal ; les maires ont tous pouvoirs ; ils ont pour la plupart fait voter en début de mandat une délibération dans ce sens. On peut se demander pourquoi ce sont souvent les mêmes entreprises qui bénéficient des marchés. Prudence !

  • #8

    Bonne question (mardi, 23 décembre 2014 09:58)

    Vous connaissez, vous, une "architecte dans le tissu social" capable de mener à bien ce type de projet ?
    A part donner des leçons ....

  • #9

    NDI (mardi, 23 décembre 2014 10:46)

    Certains maires refusent d'endetter trop leur commune et écartent les projets trop lourds. Par contre d'autres sous le couvert de subventions se créent des besoins démesurés.
    #Intrigué, les consultations sont obligatoires, sauf pour la maîtrise d’œuvre, si les communes adhérent à cette structure (non obligatoire). Autre exemple, rénovation de salles de classes dans une commune près de Pau, 300 000€ d’estimatif par l’agence communale, le maire ayant trouvé le budget trop important a lancé une consultation au final 150 000€ de travaux !
    #Bonne question, tous les architectes ont la même formation, et peuvent mener à bien tout type de projets, ma porte est toujours ouverte pour expliquer le travail de l’architecte. Par contre comme vous m’interpellez d’une façon personnelle je voudrais vous souhaiter un très bon Noël, c’est d’actualité, et là je ne donne pas de leçons !

  • #10

    bravo (mardi, 23 décembre 2014 12:40)

    Tant qu il y aura un boulanger, un maçon et un archi dans la vallée je trouve normal qu on lance un appel d offre en informant les professionnels! Mais ca veut dire quoi cette attaque personnelle et ciblée! Il faut vraiment se taire et rentrer dans les rangs dans cette vallée ! C est incroyable!

  • #11

    intrigué (mercredi, 24 décembre 2014 06:27)

    Donc pas de consultation pour la maîtrise d'œuvre? c'est pas normal, mais je comprends mieux la démesure de certain projets. Quand on voit les différences de prix et de prestations entre deux constructeurs on imagine le pouvoir de cette structure! On marche sur la tête en France ! Bonne fêtes de Noël quand même !

  • #12

    Ano (vendredi, 26 décembre 2014 09:20)

    Bonnequestion, vous êtes pour moi ce que la démocratie à de pire, le fléau de ce monde, le pouvoir, la suffisance et le mépris.

  • #13

    Le piéton (samedi, 27 décembre 2014 17:04)

    il pleut alors on s'occupe comme on peut. Les interventions des uns et des autres sont intéressantes. Il serait judicieux d'expliquer plus en détails le fonctionnement de cette structure qui est en place. A Pau où je ne sais où

  • #14

    BERGEZ éric (mardi, 30 décembre 2014 11:44)

    En réponse à #13 voici quelques explications qui permettront de comprendre je l'espère "le fonctionnement de cette structure".
    Il s'agit de la Maison des Communes et plus particulièrement d'un de ses services : l'agence publique de gestion locale APGL.
    Cette agence permet aux communes adhérentes de disposer de services administratifs, juridiques...mais aussi d'aide technique pour la voirie, l'eau, l'assainissement et la maîtrise d’œuvre (architecte) pour toutes sortes de projets.
    La commune (maître d'ouvrage) choisit librement son architecte (maître d’œuvre) signe un contrat et le rémunère selon ses tarifs.
    L'architecte suit avec le maire et la commission communale d'appel d'offre la procédure d'appel d'offre selon le code des marchés publics pour choisir les entreprises qui réaliseront les travaux.
    L'architecte établit le coût prévisionnel des travaux, le Maire le valide en fonction de son plan de financement (subvention, emprunt...) le tout étant inscrit au budget et voté par le CM (le budget est validé par Mme la Perceptrice...donc tout ça est très règlementaire).
    Pour le choix des entreprises, des critères de sélection sont établis à l'avance (le prix, la valeur technique de l'entreprise, ses réalisations dans d'autres projets, le délais de travaux....). Ces critères ont des coefficients et permettent de classer les entreprises concurrentes et de sélectionner les mieux notées. Cela se fait pour chaque lot, si un lot est infructueux c'est à dire que les offres sont supérieures à l'estimation de l'architecte (donc du plan de financement) il faut recommencer l'appel d'offre, respecter les délais...ce qui prend du temps!

  • #15

    grain de sable (mardi, 30 décembre 2014 19:47)

    Merci Eric pour vos précisions, mais si je comprends bien comme le précise NDI, la commission d'appel d'offre intervient sur le choix des entreprises qui vont réaliser les travaux mais pas sur le choix de l'architecte. C'est donc le Maire qui décide sans consultation préalable ni mise en concurrence de l'architecte qui réalisera le projet. Au delà des frais de l'architecte qui peuvent varier, je trouve dommage de se priver des talents d'imagination et de création des archis qui reste pour moi le principal attrait de la profession. J'ai vraiment du mal à entendre que les communes peuvent réaliser de tels projets sans mettre en concurrence les architectes. Qui aujourd'hui ferait construire une maison sans faire plusieurs devis, le prix, les prestations en fonction des vrais besoins et le style de l'architecture. La prestation a un coût qui pour moi doit obligatoirement passer par une mise en concurrence et la délibération du Conseil municipal.

  • #16

    Crise de foi (mardi, 30 décembre 2014 22:30)

    Comme l'explique Eric Bergez, L'APGL (Agence Publique de Gestion Locale) est un service de la Maison des Communes (Conseil Général) auquel les collectivités peuvent adhérer librement. C'est une spécificité de notre département et près des 2/3 des communes du 64 sont adhérentes. Elle apporte une capacité d'expertise dans les différents domaines cités par Eric. Cette sorte de service interne du Département est utile pour les communes qui ne disposent pas toujours en leur sein de spécialistes en voirie, en urbanisme, etc... Lorsqu'un commune a un projet, elle contacte l'APGL qui s'occupe de tout. Prenons l'exemple d'un des services de l'APGL, le Service Technique Intercommunal. D'après le site de la Maison des Communes, le Service Technique Intercommunal intervient essentiellement dans le domaine du bâtiment et de l'aménagement des espaces publics, accompagnant les collectivités, autant qu'elles le souhaitent, depuis l'étude de faisabilité jusqu'à la réception des travaux. Pratique, non ? Sauf qu'il y a un revers à cette jolie médaille. L'APGL disposant de ses propres spécialistes appointés, les professionnels extérieurs sont de fait exclus. Pas de mise en concurrence, comme le note justement Grain de Sable. L'APGL fait sa petite cuisine interne dans son coin, sans visibilité, à la fois juge et partie, ce qui peut conduire à certaines dérives. Notamment au niveau financier. Les maires se facilitent la vie en utilisant cette structure mais, au final, l'addition est souvent plus lourde qu'elle ne devrait.

  • #17

    Claude M dit "pourkoapas" (samedi, 20 octobre 2018 16:56)

    bonjour,
    en principe futur habitant de la Vallée (Bedous), je viens de lire l'intégralité des commentaires, et de plus en plus désolé je constate que comme d'habitude, et c'est vraiment une PATHOLOGIE française: il n'y a pas un mot de positif dans tout cela, juse du dénigrement, de la critique au sens négatif du terme.
    Pas un mot pour ire, au passage, que ce projet va peut-être amener une amélioration aux "Aspois", la population vieillie, et les besoins de santé grandissent.
    Alors, oui il y a peut-être des choses à dire, mais on peut aussi dire ce qui est un mieux.
    Pardon d'être désagréable, mais c'est pénible de voir toute cette énergie dépensée à détruire, alors qu'avec deux fois moins on peu avancer et construire.
    En France quand on fait rien "ça va pas", et quand on fait quelque-chose "c'est pas comme ça qu'il fallait faire".
    Alors au boulot les "démonteurs", on se retrousse les manches et on y va, dès que je peux j'arrive pour participer....avec mes petits bras.
    pourkoapas (le K ce n'est pas une faute !!!)

lun.

20

oct.

2014

Page blanche

Chers lecteurs, voici cette page blanche en guise de commentaires pour vous exprimer librement sur vos sujets (suivant notre charte)...

179 commentaires

Bedous, c'est dans le Vallon, la Vallée d'Aspe, le Haut-Béarn, les Pyrénées atlantiques...

Des explications sur le fonctionnement-type d'une commune, son budget, son maire, son conseil municipal :

"Une commune, comment ça marche ?"

A l'attention de nos commentateurs désirant préserver leur anonymat, vous n'êtes pas obligés de remplir la case Site internet du module Commentaires du Blog.