Vallée Debout

 

 

Jeudi 5 mai, place de Bedous, premier rassemblement de Vallée Debout.

 

 

 

Une quarantaine de personnes selon les organisateurs et environ quarante personnes selon les forces de l'ordre.

 

Une déclaration déposée à la mairie et à la gendarmerie pour respecter la loi et les mesures d'état d'urgence.

 

Une voiture de gendarmerie assurera des rondes pour veiller à la sécurité des manifestants et des riverains. Pas d'incidents en marge de la manifestation de Bedous. Place libérée et rangée vers 23h.

 

Une grande table au milieu du rassemblement où chacun a déposé quelques victuailles et partagé un verre de vin ou de jus de fruits.

 

Mouvement spontané, pas d'organisation particulière, pas de revendications précises mais la diffusion d'un film, seule chose programmée, n'a pas eu lieu, les gens ont préféré discuter.

 

La scène rappelle une époque révolue en Vallée, un soir de printemps, quelques personnes ont laissé le programme TV pour discuter entre eux sur la place de Bedous.

 

Mais qui sont ces personnes ?

 

On ne se connaît pas tous, quelques têtes familières et d'autres que l'on découvre.

 

Si l'on fait le tour de l'assemblée c'est un mélange d'âges, d'univers et de profils personnels et professionnels.

 

Pourquoi sont-ils là ?

 

Contre la loi El Khomri mais pas seulement.

 

Des gens qui commencent à prendre conscience de leur responsabilité, de leur pouvoir.

 

Des gens qui dénoncent la politique actuelle mais qui ne se veulent pas seulement critiques et qui pensent que si notre société doit changer, on ne peut plus se reposer seulement sur nos élus, nos responsables.

 

Des utopistes, des rêveurs …?

 

Pas tant que ça non, des gens comme tout le monde, comme il y a toujours eu en vallée et dans le monde, des gens qui s'interrogent et qui veulent faire avancer les choses dans l’intérêt collectif.

 

Vous nous direz la démarche à elle seule est déjà marginale dans notre société moderne où tout le monde reste chez soi à attendre que les choses se passent avec ce sentiment viral et tenace d'impuissance.

 

Et alors....?

 

Et alors, très vite, on se retrouve dans certains mots, dans certaines prises de paroles, dans certaines idées et pas dans d'autres, parfois surpris ou sceptiques.

 

Et si c'était le but finalement ?

 

On s'entoure de personnes qui nous ressemblent, on choisit nos programmes de télévision et on ne se confronte plus à des idées nouvelles, opposées, argumentées.

 

Donc on commence par se rendre compte qu'on a tous le même constat sur notre société, que des choses vont bien mais que des choses vont mal.

Le sujet doit alors se resserrer, se concentrer sur un problème pour essayer de proposer et trouver une solution.

 

Mais d'abord, c'est quoi Vallée Debout ? Un satellite de Nuit Debout, un rassemblement solidaire du mouvement parisien.

 

Que peut on faire au niveau local ?

 

Contre la loi El Khomri, un mouvement valléen est référencé au niveau national, il y a environ 250 villages debout en France qui ont fait la même démarche.

 

Plusieurs manifestations ont eu lieu partout en France, le texte qui a été revu ne satisfait aujourd'hui plus personne, ni le patronat ni les salariés.

 

Pourquoi ?

 

Ce texte s'attaque au dernier espoir, au dernier rempart, il s'attaque au CDI !

 

Alors que les fermetures d'entreprises et le chômage se généralisent, se banalisent, on explique aux salariés que l'on va encore accentuer la précarité de leur emploi. Que demain il sera encore plus facile de les licencier.

 

C'est déjà compliqué quand on perd son emploi d'entendre que son entreprise dépose le bilan car elle subit les effets de la mondialisation et des politiques libérales non contrôlées, qui mettent en concurrence déloyale le marché français, alors entendre que des actionnaires milliardaires, qui ont le siège d'exploitation sur un autre territoire et qui bénéficient d'aides de l'Etat français ferment une boite pour un motif de rentabilité ponctuelle, c'est insupportable.

 

On peut comprendre et nous sommes solidaires !

 

Donc pour la loi El Khomri, le mécontentement valléen est acté et référencé au niveau national. Nous continuerons à suivre l'évolution du mouvement parisien qui véhicule bien plus de choses et d'actions que ne veulent le relayer les infos nationales qui mettent le focus sur les éternels petits groupes de casseurs dont le profil reste indéterminé et controversé.

 

Nous nous associons à  une possible convergence des luttes, aux manifestations interprofessionnelles et Vallée Debout refuse toute récupération politique. S'il y a une réforme à faire et en urgence avant les prochaines élections, c'est sur le mode de gouvernance actuel. Dans les motifs qui rassemblent il y a la question « Qu'allons nous pouvoir voter aux prochaines élections pour que ça change ? »

 

On ne se retrouve aujourd'hui dans aucun parti mais on souhaite que ce mouvement reste neutre, objectif et critique !

 

En vallée ce soir-là, on a entendu :

 

Nous sommes quand même privilégiés ici, notre environnement est agréable, confortable, le tissu associatif est important, il y a beaucoup de gens volontaires qui n’attendent pas tout de la société et des élus.

 

La vie est relativement simple ici, les aînés sont touchants et souvent réalistes sur cette nouvelle société.

 

Nous avons beaucoup de chance de vivre ici !

 

Un petit tour d'horizon s'improvise, qui sont les «natifs» présents ?

 

Oui il y en a, nous ne sommes pas seulement des «gens venus d'ailleurs » (par choix et rarement par obligation professionnelle). Il n'y a pas que des amoureux de la Vallée d'Aspe, il y a aussi des aspois qui acquiescent, conscients qu'ils sont bien nés finalement.

 

Ce qui ne va pas, c'est l'emploi qui manque, ce tissu associatif qui s'épuise, le manque de transparence de nos élus, des investissements publics mal perçus par la population dans plusieurs villages de la vallée ou qui ne répondent pas à des priorités ou des besoins locaux.

 

Nous reprochons à nos élus leur manque de transparence, nous voulons qu'ils nous consultent pour les grands projets de loi et d'investissement.

 

Certains en France appellent ça la démocratie participative, d'autres le référendum.

 

Une question amènera la première action citoyenne que l'on peut engager ici, localement et envisageable au plan national, européen et mondial : « Ne sommes-nous pas tous bien contents de concentrer le pouvoir ?»

 

En effet, chacun de nous admettra que la population n'est pas assez active, que nous déchargeons volontiers les responsabilités, le travail, la gloire et les reproches sur nos élus.

 

Combien sommes-nous à assister aux conseils municipaux de nos communes, combien sommes-nous à nous rendre au panneau d'affichage, à interpeller nos élus et à essayer de comprendre nos lois ?

 

Très très peu !

 

Les réunions des conseils c'est pas exaltant, on ne peut rien dire et on ne comprend pas tout !

 

C'est vrai, pourquoi ne pas à tour de rôle se rendre dans les conseils, éventuellement demander la parole à la fin pour les questions et faire un compte rendu compréhensible pour la population ?

 

L'initiative a déjà été faite sur Accous, mais le manque de volontaires a étouffé la démarche.

 

Sur Bedous, la critique et la satire publique sont mal perçues. Dès qu'il y a des gens de l'opposition municipale, la neutralité et l'objectivité sont remises en cause.

 

Il faut plus de gens dans les conseils, que la population s'intéresse au débat public. Si nous ne sommes pas assez nombreux, ce sera beaucoup de travail et de disponibilité pour quelques uns et c'est de nouveau concentrer le pouvoir et les responsabilités !

 

Il est évoqué le principe de mélanger les gens et les villages, tant que peu de volontaires assisterons aux conseils municipaux, pour faire tourner les informations et les projets qui sont votés. Vallée Debout propose de libérer certains volontaires de leur étiquette d'opposition municipale, problème rencontré sur plusieurs villages de la vallée. Nous allons oublier quelques temps nos propres intérêts communaux et nous rendre à tour de rôle et au hasard dans tous les conseils municipaux et ceux de l'intercommunalité et diffuser le plus simplement et largement possible les décisions votées.

 

Vallée Debout va essayer de fédérer autour de la citoyenneté, que chacun reprenne sa place d'acteur de la société, retrouve l'envie de se faire entendre, de participer et de faire avancer les choses.

 

Une requête auprès de la Communauté de Communes pour la future intercommunalité est en projet.

 

Pourquoi ne pas ouvrir des commissions, des comités composés de citoyens qui pourraient alors débattre des projets proposés par leurs délégués communautaires en interco ?

 

Les salles des conseils sont ouvertes au public, à nous d'aller voir comment nos intérêts sont défendus et prendre rendez vous avec nos élus quand nous ne comprenons pas leurs choix !

 

A ceux qui par habitude, répondent : « Si ça ne vous plaît pas, présentez vous ! Nous, nous avons la légitimité », on leur demandera d'être plus précis, car la légitimité électorale est accordée sur des promesses de campagne. Quand le contrat n'est pas respecté et qu'il s'écarte de la direction annoncée, il y a tromperie, le contrat n'a plus de légitimité et devrait pouvoir être dénoncé !

 

Ce qui est légal n'est pas toujours légitime !

 

La soirée se terminera sur un léger sourire, soupir et doute qui traîneront jusqu'au réveil, ce vendredi matin.

 

On va essayer de se bouger et de fédérer mais peut-on vraiment faire changer les choses sur la trajectoire de nos politiques, sur l'environnement ?

 

Nous avons du pouvoir, encore faut-il vouloir l'accepter et le prendre !

 

Nous avons le pouvoir de nous unir, de nous rassembler, de changer nos gestes du quotidien et de rétablir l'ordre des choses avec notre pouvoir d'achat.

 

Il n'y a pas d'utopie à dire, et nous en sommes déjà tous conscients, que notre consommation c'est l'emploi, c'est l'environnement, c'est notre futur et c'est le plus grand, redoutable, pacifiste et accessible moyen de pression que nous avons sur nos dirigeants et les multinationales.

 

Voilà la première présentation de Vallée Debout sur ces deux premières réunions. Le mouvement a séduit l'équipe de Bedous.org : nous allons essayer de suivre tous les mouvements à venir et nous ferons un compte rendu (plus succinct les prochaines fois) sur ce blog.

 

Nous soutenons cette initiative citoyenne mais nous nous n'en sommes pas pour autant les porte-paroles. Nous communiquerons l'info comme toutes les infos valléennes qui nous parviennent mais il serait dommage que quelques curieux et éventuels futurs participants pensent que Vallée Debout est une initiative de Bedous.org ou de Borce.fr et se privent d'assister à un débat pour des raisons politiques alors que ce mouvement est apolitique et rassemble des participants de toute la vallée.

 

Il n'y a pas de limite d'âge pour assister à Vallée Debout, c'est sortir de chez soi pour écouter des gens parler et proposer des choses avant de soi-même se surprendre à dire un mot ou une phrase.

 

La richesse de ces soirées dépend du nombre de participants et des idées partagées. Vallée Debout n'a pas vocation à durer mais si ce mouvement peut évoluer vers autre chose, un autre mouvement ou juste vers plus de responsabilité citoyenne....

 

Pour suivre Vallée Debout, il y a :

 

Une adresse mail : valleedebout@gmail.com

Un profil facebook : Vallée Debout

Un compte tweeter : vallée debout

 

La prochaine Vallée Debout se fera dans un autre village, sur un autre débat, sur une autre initiative citoyenne, on vous tiendra au courant dès qu'on aura l'information !

 

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 17
  • #1

    obsolescence (samedi, 07 mai 2016 09:17)

    L'obsolescence programmée date du début des années 1900, les ampoules à 1000 heures par exemple, aux Etats Unis défendue pour relancer l’économie d'après guerre.
    Aujourd'hui rien n'échappe à cette obsolescence, et même si votre électroménager et votre téléphone résistent, c'est vous qui ne résisterez pas à la publicité et l'envie de changer.
    Nous sommes ce que nous appelons un pays en surconsommation.
    Nos politiques ferment les yeux sur la supercherie soit disant au nom de l'économie et de l'emploi. Quelle économie? quel emploi? plus rien n'est fabriqué en France.
    L'obsolescence sert à une poignée d'humains qui exploite à tour de rôle les pays les plus défavorisés à coût de main d’œuvre toujours moins chère.
    Le plus vicieux et intolérable c'est qu'on arrive à comprendre et plaindre ces PDG, ces actionnaires, l'Etat Français fait des cadeaux et les Français vont supplier et revenir sur leurs acquis sociaux comme s'ils avaient été trop gourmand, qu'ils avaient exagéré en demandant 25 jours de congés payés, nous sommes prêts à tout pour conserver nos bourreaux!
    L'obsolescence délocalise l'emploi et épuise les ressources mondiales, elle crée des effets de mode et la précarité de l'emploi dans le monde.
    Avant d'avoir une machine à laver made in .... et un hypermarché ou une plateforme d'achat vous aviez une concurrence de petits revendeurs et des réparateurs.
    Aujourd'hui on ne répare plus rien on jette tout même ce qui marche et on va vous faire payer le traitement de vos déchets. Un business qui séduit ceux qui vous poussent à la surconsommation......c'est sans fin, c'est ridicule et dangereux pour l'humanité et voilà comment les écarts de richesses se creusent et voilà nos nouveaux dieux, nos milliardaires.

  • #2

    Pourquoi pas ! (samedi, 07 mai 2016 10:58)

    La France ne fabrique plus que quelques produits de luxe, acheter un pull Français revient cher, se nourrir avec des produits locaux revient cher, quoique si nous mangions moins et plus de saison on s'y retrouverait peut être ?
    Alors comment revenir en arrière en douceur, revenir à un équilibre entre l'import, l'export et la consommation responsable et locale ?
    A part bloquer la machine en arrêtant d'acheter inutilement et en essayant de revoir radicalement notre mode de consommation et d'alimentation ?
    Il faudrait vraiment une révolution Européenne, Mondiale que tous, ensemble, on dise stop et qu'on les prenne en otage comme il le font avec nous, vous ne voulez pas payer d’impôts, vous voulez de la main d’œuvre toujours moins chère et précaire, toujours plus de profits ? Et bien nous vos produits on en veut plus! Gardez vos nouvelles collections ! Ça fera quelques chômeurs c'est pas grave ! Derrière on réinventera les petites manufactures, les petits producteurs, le travail, l'emploi !
    Mais qui est prêt à défier nos politiques et les lobbies? Je sais pas !
    Je pense que les choses avancent plus vite avec la crise.
    J'en prends pour preuve que le Géant Mac Donald n'a pas la cote en France en ce moment,il décline, j'espère qu'un autre Géant ne viendra pas prendre la place en vendant des "jambon beurre" et "ballon de rouge" industriels en drive pour reconquérir les Français !

  • #3

    10 groupes dominent le monde (samedi, 07 mai 2016 11:32)

    BON COURAGE MAIS POURQUOI PAS ?

    "Alimentation, hygiène, vêtements: les produits de la vie courante que nous utilisons sont l'œuvre de seulement dix majors de l'industrie. De Coca-Cola à Nestlé, ils ont la mainmise sur nos habitudes de consommation.
    Mais qui nous a vendu cette crème Vichy qui traîne dans la salle de bains? Ou la canette Orangina achetée au distributeur? Parfois, le chemin est long pour comprendre quel grand groupe se cache derrière une marque. Mais ce qui est simple à comprendre, c'est qu'il y a de grandes chances pour que le produit soit la propriété d'un des dix grands groupes qui dominent le monde.

    Un graphique posté sur le site Reddit montre en effet que seulement dix groupes se partagent les marques plébiscitées par les consommateurs du monde entier. Coca-Cola, General Mills, Johnson&Johnson, Kellogg's, Kraft, Mars, Nestlé, PepsiCo, Procter&Gamble et Unilever se sont constitué des empires qui règnent sur nos réfrigérateurs et nos armoires, parfois discrètement. La petit déjeuner aux Corn Flakes et au Nescafé. La douche au shampooing Head & Shoulders et au gel Dove. Le brossage de dents au dentifrice Oral B. Le jean Diesel et le polo Ralph Lauren… La journée commence à peine, elle est déjà remplie de marques.
    Une jungle industrielle

    Revenons à notre crème Vichy: la marque de produits de beauté appartient à L'Oréal, dont Nestlé détient 30% du capital. Et l'Orangina est la propriété du groupe Orangina Schweppes (ex-Cadbury), détenu depuis 2010 par le japonais Suntory. Mâcher un chewing-gum, donner des croquettes à votre chat ou changer la couche de son enfant peut vous obliger à utiliser une des marques rattachées à Mars ou Procter&Gamble. Il faut un bon sens de l'orientation pour s'y retrouver dans cette jungle industrielle, mais tous les chemins mènent aux dix majors."

  • #4

    Marcel (dimanche, 08 mai 2016 09:32)

    Consommer autrement c'est à la porter de tous.
    C'est un changement sur lequel on devrait tous réfléchir.
    Mais il n'y a pas que les lobbies les plus visibles comme la grande distribution il y a ceux qui sont accrochés au pouvoir, qui font le pouvoir plus discrètement, les banques, l'industrie pétrolière et nucléaire, GDF SUEZ, Véolia, les laboratoires pharmaceutiques, etc.
    On a fait d'eux des Géants tout puissants, il sera difficile de s'en débarrasser.
    Assister aux conseils municipaux est un droit mais je pense comme les gens qui ont participé à Vallée debout, à quoi sert un droit si on ne le prend pas ?
    Nous avons concentré le pouvoir par laxisme car les choses vont pas trop mal pour la majorité et maintenant que les temps deviennent plus durs, on se réveille, mais un peu trop tard.
    S'intéresser à la conduite de notre société et le vote ne sont pas que des droits mais des devoirs citoyens et chacun de nous sans faire de la politique devrait faire l'effort.
    Nous avons juste transféré la morale de l'Eglise à l'Elysée, notre système économique et l'environnement sont de notre responsabilité. Nous savons et nous fermons les yeux depuis toujours. Si j'étais croyant je dirais que notre pays est dans le péché de luxure et de paresse sociale. Je ne suis pas croyant alors je dirai que notre pays est un pays d'irresponsables.
    Nous sommes le 8 mai 2016, mais l'homme comme l'ensemble des animaux a une mémoire courte.

  • #5

    Aie ! (dimanche, 08 mai 2016 18:11)

    Ça pique un peu Marcel mais je reconnais que....

  • #6

    49.3 (mardi, 10 mai 2016 15:03)

    loi travail adoptée sans vote tout le monde a été dupé, allez-vous vous rebeller contre cette injustice et continuer votre action ? là ça aurait du sens !

  • #7

    Zerk (mardi, 10 mai 2016 21:17)

    Et vive la démocratie! Quand on a aucun argument, on passe en force...

  • #8

    Julay (mercredi, 11 mai 2016 07:57)

    Trop long, beaucoup trop long le texte de Village Debout. Dans ce délayage verbeux rien n'émerge..Ce n'est pas que je m'en réjouisse, mais rien n'en sortira.

  • #9

    Un intervenant blog (mercredi, 11 mai 2016 10:13)

    Julay, ce n'est pas le texte ou le leitmotiv de vallée debout, ici, c'est un blog libre qui a fait un compte rendu et une présentation du premier rassemblement!
    Vous avez toutes les coordonnées de vallée debout à la fin de l'article.
    N'hésitez pas à les contacter, à proposer, à faire émerger ....
    Pour faire court voilà le leitmotiv de vallée debout, on se rassemble pas seulement pour critiquer, nous sommes, TOUS, déjà des convaincus mais pour riposter et proposer !
    Cordialement,

  • #10

    Un intervenant blog (mercredi, 11 mai 2016 10:38)

    Pas de rassemblement en Vallée d'Aspe jeudi 12 mai.
    Grande manifestation jeudi matin à Pau.
    Conseil de communauté de communes jeudi à 18h.
    Conseil municipal de Osse en Aspe, nous n'avons pas l'heure.
    Pour plus d'infos il faut contacter vallée debout, les coordonnées sont sur le dernier article.
    Cordialement,

  • #11

    tremblement de terre (mercredi, 11 mai 2016 13:01)

    La terre gronde en vallée !
    Elle a raison !

  • #12

    Zerk (mercredi, 11 mai 2016 15:48)

    Tient c'est vrai, j'avais pas fait le rapprochement. Je croyais que c'était un sondage pour la nouvelle carrière du Bager qui avait provoqué ce tremblement de terre.

  • #13

    A suivre (jeudi, 12 mai 2016 07:42)

    30 fondeurs du PS ont signé la motion de censure de gauche, je pense qu'ils ont bien fait de ne pas signer celle de droite.
    Que fera le peuple dans un an, aux prochaines élections ?
    Ils n'iront pas voter ? Ils iront voter encore plus à droite ?
    On verra !

  • #14

    Zerk (jeudi, 12 mai 2016 19:07)

    Ben déjà ils ne risquent pas de voter pour les mêmes.

  • #15

    Zerg (vendredi, 13 mai 2016 16:01)

    Journées de grève et de manifestations les 17 et 19 mai contre la loi travail. Venez nombreux!

  • #16

    Aspe (samedi, 14 mai 2016 10:26)

    Les routiers aussi rejoignent le mouvement ! C'est le moment d'être tous ensemble !

  • #17

    Stop aux voyous (samedi, 14 mai 2016 10:55)

    168 millions d'enfants qui travaillent dans le monde pour 5€ par mois pour le patronat représenté par une bonne poignée de multinationales.
    Que vont-ils devenir si les routiers bloquent les entrepôts et le marché ?
    Non là Nuit debout vous allez trop loin c'est la saison des fraises d'Espagne, des pantalons délavés en Inde, des débardeurs teintés en Chine....
    Sortez vos cartes bancaires, faites pas chier les prolos, ça va mieux et vive la mondialisation !

lun.

20

oct.

2014

Page blanche

Chers lecteurs, voici cette page blanche en guise de commentaires pour vous exprimer librement sur vos sujets (suivant notre charte)...

176 commentaires

Bedous, c'est dans le Vallon, la Vallée d'Aspe, le Haut-Béarn, les Pyrénées atlantiques...

Des explications sur le fonctionnement-type d'une commune, son budget, son maire, son conseil municipal :

"Une commune, comment ça marche ?"

A l'attention de nos commentateurs désirant préserver leur anonymat, vous n'êtes pas obligés de remplir la case Site internet du module Commentaires du Blog.